Cuisine kirghize et tadjike

En matière culinaire, le Kirghizistan et le Tadjikistan n’échappent pas à la règle des pays en Stan, et des pays d’Asie Centrale en général. (cf. article sur la cuisine en Ouzbekistan).
La viande est encore au menu de pratiquement tous les plats : mouton, vache, yak, et beaucoup de cheval.

On retrouve la plupart des plats et ingrédients présents en Ouzbékistan, comme :
-Les laghmans, spécialité des populations musulmanes d’Asie Centrale (que l’on retrouve aussi en Chine chez ces mêmes populations) Ça tombe bien, c’est délicieux. Ce mélange de pâtes, viande, épices, poivrons, etc… Succulent
-Les Chachlicks (brochettes de viande)
-Le fameux plov, avec quelques variations (cf. recette Plov à la Douguane)
-Les mantys (cf. recette Manty)
-La viande de mouton reste largement en tête des viandes consommées

Au niveau des nouveautés après la frontière ouzbek, les 2 principales sont le cheval et le yak, ainsi que les produits qui en découlent.

Cheval :

Avant...

Avant…

Et oui, le Kirghizstan est vraiment le pays du cheval, aussi bien dans les montagnes que dans l’assiette.
Et quand on sait qu’un cheval vendu à l’abattoir vaut pratiquement autant qu’un cheval vivant…. On comprend pourquoi beaucoup de cavaliers ne prennent pas assez soin de leur monture…

... après: Tchouk-Tchouk

… après: Tchouk-Tchouk

Une recette très fameuse est le beshbarmak : de la viande de cheval cuisinée avec des pommes de terre, des pâtes et des oignons. Sur cette photo, le beshbarmak est accompagnée d’une tranche de tchouk-tchouk : une grande bande de viande de cheval (sur laquelle on dispose oignons, ail, et autres herbes), est prise en sandwich autour de 2 bandes de gras. Le tout est mis en saucisse avec de l’intestin de cheval. Vous le conservez une dizaine de jours au frigo, puis vous le faites bouillir 2h30.
Il paraît qu’il faut en manger 2 pendant l’été pour être assuré de passer l’hiver sans maladie. Parole d’Aktan!

Mais le cheval, ce n’est pas que la viande, c’est aussi le lait de jument ! Et oui, les nomades sont fans du Khumis, un alcool de lait de jument fermenté : c’est un peu une religion. Vous trouverez plus d’informations sur un article à venir (breuvages kirghizes et tadjiks).

Yaks:

 

 

Traite d’un Yak dans le haut Pamir

Puis il y a les yaks. Les premiers que nous avons vus se trouvaient dans le Pamir, au Tadjikistan, et plus précisément dans la partie majoritairement habitée par des kirghizes. Bestiaux vraiment impressionnants. On mange la viande bien sûr, mais ils sont surtout élevés pour leur lait.
DSCF6593.resizedLes éleveurs nomades produisent à partir de ce lait yaourt,  beurre, crème, etc.
Voici la machine utilisée par une famille du haut Pamir pour séparer beurre et crème.
Le yaourt de yak frais un vrai petit bonheur, et ce n’est pas Vivi qui vous dira le contraire.
Il faut savoir que traditionnellement chez les nomades, les produits blancs ( à base du lait de leur troupeau) ne se vendent pas. Nous l’avons découvert en essayant d’acheter du yaourt de yak sous une yourte au Tadjikistan : pas d’échange d’argent possible. Par contre, nous avons pu en échanger contre des raisins secs (fin de l’anecdote).

Pour conclure, la cuisine d’Asie Centrale n’est pas franchement des plus variées, mais 2 mois et demie dans ces contrées n’auront pas suffit à nous en écœurer!