Cardamome

On aimerait tant pouvoir vous en dire plus, mais malheureusement, nous n’avons pas pu faire la virée dans les Cardamomes à moto. Du moins, nous avons quand même effleuré des yeux cette chaîne de montagne, qui s’étend jusqu’en Thaïlande et culmine à 1813m (point culminant des Cardamomes et du Cambodge), dans la province de Kampong, près de Khokong. Pour ce qu’il y a à y voir lors de cette promenade, c’est encore un mystère pour nous : jungle, cailloux, mauvaise route et probablement, varans, oiseaux et autres animaux… bref, nous les avons aperçues de loin ces Cardamomes et l’idée nous trotte déjà dans la tête de revenir faire un tour par ici un jour…

Vous voyez cette chaîne de montagne dans la brume, …

Et en parlant de Cardamome, une recette excellente a été mise en ligne. Vous pouvez la retrouver en cliquant LÀ.

Les Cardamomes

Les Cardamomes

 

Loops

Ça pour rigoler, on a bien rigolé avec ce qu’ils appellent ici des motos. Mais j’en connais plus d’un qui en voyant cet engin, nous dirait : « tu plaisantes ? ça c’est une mobylette. Et en plus avec ton casque, voilà que tu ressembles à Chips ». Vous vous souvenez ?

chips

Chips les originaux…

DSCF1374.resized

Il y a une ressemblance non ?

 

 

 

 

 

 

 

Donc nous voici partis à 2 sur la mob ou Honda Wave, ou … whatever, pour faire les fameuses loops Lao. En général c’est un passage quasi obligé pour le backpacker de base. Pour les plus frileux, il y a aussi le bus. Mais la moto c’est plus cool.

Voici donc les 2 loops : celle de Thakhek et celle de Pakse (plateau des Bolovens). Que ce soit l’une ou l’autre, elles ont toutes deux leur propre charme et c’est sans doute une des expériences que nous avons préférée lors de notre passage dans le pays. La liberté, on s’arrête quand on veut, et puis on rencontre du monde autrement.

THAKHEK

Cette boucle a été créée, d’après les dires, par un Français qui un jour, est venu dans ce pays et devait en avoir marre d’être entassé avec 40 autres personnes dans un bus qui ne contient que 20 places finalement. Marié à une laotienne, ils sont partis à moto pour cette fameuse boucle semée de lieux magiques. D’autres diront qu’ayant ouvert une guesthouse à Thakek, ce couple a génialement fait le buzz autour de The Loop.

De grottes avec statues de Bouddhas (en général, les plus belles grottes sont les gratuites et aussi les plus difficiles à trouver) en cascades, de piscines turquoises (dans lesquelles de jeunes Lao pêchent au fusil)  en petit marché : un grand moment.

Mais le plus marquant pour nous et quelque part le plus triste, est sans doute le barrage de Nam Theun, qui a inondé la plaine sur des centaines de kilomètres, faisant place à un cimetière de végétation et forçant habitants et faune sauvage à déménager. Le spectacle est bizarrement magnifique à regarder lors des golden hours. Les villageois nous expliquent que leurs maisons ont été inondées, qu’ils ont gagné quelques sous pour bouger et être relogés. Les travaux sont énormes (et made in France: merci EDF…) et devraient permettre d’alimenter en électricité une bonne partie du pays, à moins qu’elle ne soit bien sûr exportée … Bref, sujet très délicat, mais passage intéressant, qui fait se poser pas mal de questions quant à leur façon de vivre, de voir les choses.

Après les caves et le barrage, une autre cave, mais pas des moindres. Kong Lor cave fait 7 km de long et sa traversée se fait dans l’obscurité. On peut voir des stalactites (celles qui coulent du plafond) et stalagmites (celles qui se forment au sol avec la chute lente d’eau calcaire provenant de la stalactite), le frais nous enveloppe et le chant cri des chauves-souris nous berce guide.

Joli coup en tout cas car cette boucle vaut vraiment le coup et  a permis de créer une vraie dynamique touristique dans ce coin du Laos. Il existe un livre d’or incontournable de The Loop, non secrètement caché dans cette fameuse Guesthouse Travel Lodge (enfin fameuse, elle a dû l’être…), avec tous les tips (conseils) des voyageurs, des schémas de la boucle, les endroits où s’arrêter sur la route, le must des caves à visiter. Bref, aucun guide ne fait le poids!

 

Voir la galerie

PAKSE

The Loop de Pakse, elle, n’a pas de livre d’or, mais elle a Yves. Ce Belges, qui mesure presque 2 mètres, donne « classe » tous les soirs devant son magasin de loc de motos pour donner les conseils les plus précieux et les inloopables bien sûr. Pakse est la capitale de la province de Champassak et sur les monts Passak se trouve le Vat Phou, un lieu extraordinaire de beauté, de culture, d’architecture, d’histoire et de… pierres.

Cette boucle nous a permis de rencontrer notre ami l’éléphant, de manger des escargots dans ce que l’on avait pris pour un restaurant, alors que nous étions juste chez des gens. Sur le plateau des Bolovens, il est aussi possible de boire du café robusta ou arabica, de plumer des canards, de se baigner dans des cascades magnifiques ou de juste les regarder tant elles sont hautes et impressionnantes, de cuisiner avec des laotiens, de rencontrer des jeunes qui gèrent une école pour les enfants et jeunes locaux et leur enseignent comment travailler la terre et pourquoi pas vendre leur production, de voir des tisserands ou d’aller sur le marché de Paksong. L’air un peu plus frais nous rappelle que l’on est en hauteur.

L’expérience la plus géniale fut de rencontrer Paul et Yin à Tadlo. Ce couple de Lao est extra et apporte un souffle de bonne humeur. Ils possèdent une guest house adorable dans ce petit village au Nord de la boucle et surtout donnent la possibilité d’échanger à travers la cuisine. Yin vous tend le couteau et les légumes à découper de toute façon, donc pas le choix. Paul a créé une école pour que les jeunes du coin apprennent à parler anglais. Il est bon de voir qu’un local puisse lui aussi développer des projets de ce genre. A part ça, il a plus ou moins « adopté », comme il dit, une quinzaine d’enfants défavorisés des environs. Un grand monsieur…

Bienvenue donc sur les boucles du Laos, ou les loops, qui offrent des spectacles merveilleux, des rencontres fabuleuses et il faut bien le dire aussi, mal aux fesses après plusieurs heures à parcourir les pistes, tout en essayant d’éviter les pièges de la route.

Voir la galerie