Divin’Thailand

On ne peut pas dire que l’on ait visité la Thaïlande. En fait, la Thaïlande a plutôt été comme une bonne copine de route que l’on retournait voir, en attendant de repartir ailleurs. D’ailleurs, la Thaïlande ne faisait pas du tout partie de notre wishlist des pays à visiter. Pourquoi, nous demandez-vous ? Pourquoi pas, vous répondré-je. Mais nous devons admettre que la Thaïlande et Bangkok ont été de superbes plate formes et nous ne nous sommes pas privés de petits plaisirs au passage, comme la plongée dans une eau à 30º à 30 mètres, le surf à Phuket (un fiasco n’en parlons pas), le paddle board et un peu de culture bouddhiste aussi.

Pour tout vous expliquer, nous avons passé notre PADI Open water au mois de novembre, ce qui nous permettait déjà de plonger jusqu’à 18m, pour découvrir un nouveau monde plein de poésie et de zenitude : celui des poissons. C’est sur l’île de Koh Tao (traduisez « la tortue »), au club Seashell, que nous avons expérimenté puis, pris goût à cette activité de fainéant, comme ils aiment le dire. Six mois plus tard, nous sommes revenus à Koh Tao, histoire de plonger encore plus profond, c’est à dire à 30 mètres. Là, nous avons découvert des mérous dignes de reportages animaliers, des requins à pointe noire (très commun ici, même si c’est toujours impressionnant, et si on pense toujours aux dents de la mer en les voyant) et les tortues… enfin, pour les tortues, il a fallu faire de l’apnée.
Ces premières plongée nous ont convaincus. On y reviendra !

Voir la galerie

 

La Tortue

(Une surprise tout à la fin de l’article…)

En transit pour se rendre en Birmanie ou comme on l’appelle à nouveau, depuis grosso modo 2012, « le Myanmar », nous décidons de nous rendre en Thaïlande et plus précisément à Koh Tao. Cette petite île à la forme d’une tortue est un repère (mondial) pour les plongeurs, du moins, pour ceux qui veulent apprendre avec un petit budget. De très bonnes écoles (53) ont élu domicile sur ce spot et bon, en tant que nouveaux professionnels des fonds marins (ha ha), on peut dire que les fonds ont été complètement ravagés ….. Et y’a beaucoup trop d’plongeeuuurs ici…. ;))
Plus sérieusement, il est vrai que ce n’est pas l’endroit idéal pour un plongeur avisé mais en tout cas, pour nous qui devons nous concentrer sur notre respiration avec la bouteille, les mouvements à faire et ceux à éviter, vérifier que notre collègue ne s’emmêle pas tout seul dans les tuyaux, faire les exercices qu’on nous demande de faire,….. Et bien au milieu de tout ça, je veux bien me contenter d’un petit Nemo ou d’un poisson perroquet à partager avec d’autres plongeurs…
Cette expérience de 4 jours nous aura fait revenir sur les bancs des écoliers (en mode tranquille quand même) et nous lancer dans une expérience toute nouvelle : la découverte des fonds marins en bouteille. Pour ceux qui connaissent, rien de passionnant. Pour les autres, à vous de voir. En tout cas, comme le dit si bien ma mère, plonger c’est entrer dans un monde qui ne nous appartient pas. Il faut limite frapper avant d’entrer, histoire de ne pas déranger. Les chasseurs sous-marins et adeptes d’apnée savent peut-être ce que cela veut dire. Sauf qu’avec une bouteille, on passe encore moins inaperçu : on se retrouve vraiment à la place du mec qui débarque à l’improviste chez vous pendant le film du dimanche soir, à l’heure des sushis.
La plongée c’est donc aller à la rencontre d’un monde fantastique, avec des bulles tout autour de vous et un sang-froid indispensable. Mais une fois sous l’eau, on sent une espèce de bien-être nous envelopper, une sorte d’enveloppe de zenitude qui nous porte. C’est le miracle de la mer…

Désolé, pas plus de photos de plongée car, tant qu’on est pas diplômé, pas de GoPro sous l’eau…

Bon, elle fait sa fierté, d’autant plus qu’il a réussi à nager avec elle plus de 4 minutes, même si elle lui mettait des mètres dans la vue en 3 coups de palmes : Eric et son amie la tortue. Visez un peu ça …

La tortue, la tortue…

 Sur ce, bonne journée à tous !